L’Ordo Septimus

L’Ambria n’est pas une banale région au sein d’une plus vaste région, la nature anormale du Davokar en fait l’une des plus dangereuses places où habiter. Le moindre déplacement à travers le tortueux et étouffant labyrinthe que forment les profondeurs de cette forêt, peut se transformer en un cauchemar intolérable. Les Ambriens ont évidemment cherché des alternatives aux longues marches à travers cette immense forêt, comme celle des voyages fluviaux pour rejoindre les libres colonies situées en Davokar Clair. Cependant, au fur à mesure qu’ils avançaient toujours plus loin vers le nord, encouragé par les discours de la Reine résonnant à leurs oreilles, il devint rapidement clair que le Davokar ne permettrait jamais un accès aisé.

L’Ordo Septimus a une place à part au sein de la grande organisation qu’est l’Ordo Magica. Pour ceux ayant adhéré à la Septième, la vie cloîtrée de leurs collègues leur semble aussi peu enviable qu’ennuyeuse. Alors que ce Monde déborde de magie, la plupart des mages se contentent des décombres et détritus des temps passés, retrouvés, rassemblés et rapportés par les chercheurs de trésors au prix de terribles efforts. Le Chapitre de l’Ordo Septimus a prêté serment à une voie de danger autant physique qu’ésotérique et menant à l’intérieur d’un fertile inconnu.

Approbation

Les Progedior – qui sont les pratiquants de la Magie spécialisée dans l’art de la communication à grande distance – ont très rapidement compris l’intérêt de l’expérimentation directe et en extérieur. Ils ont autant de peur et d’inquiétude que les autres lorsqu’ils visitent les entrailles verdoyantes du Davokar, mais ils ont réalisé son potentiel pratiquement illimité. Compter sur les chercheurs de trésor et les mercenaires pour découvrir les ruines des anciens temps serait pour eux identique à accorder sa confiance à une personnes que tout le monde sait non fiable.

C’est précisément pour toutes ces questions que la Reine Korinthia donne ou non son approbation à toute expérimentation magique beaucoup plus puissante, et potentiellement plus dangereuse, que ce qui a déjà été tenté par le passé. Les Chapitres de l’Ordo Magica ont mis en commun leur connaissance traditionnelle et leurs ressources pour trouver un moyen d’augmenter la portée et la puissance du rituel Cercle de Magie. De cette époque jusqu’à aujourd’hui, chaque Chapitre n’a toujours maintenu qu’un seul et unique Cercle de Magie pour ses communications. L’Ordo Septimus, bien que s’étant constitué dans cette période d’homologations renforcées, en a beaucoup plus.

Recrutement

La Division Expéditionnaire de l’Ordo est chargée de tester les limites des principes magiques à longue distance, elle a recruté des membres aux origines bien plus diversifiées que dans les autres Chapitres. L’actuel Magister du Chapitre, Edin Ovallo, a des relations très cordiales avec le Colonel Kalfas des Patrouilleurs de la Reine et a organisé des recrutements périodiques au sein de ce régiment.

Du côté de Kalfas, ce débouché pour ses Patrouilleurs au sein de l’Ordo Magica les sauve de la non-considération des zélés Manteaux Noirs, qui les ont toujours mis sur la « touche ». Les Patrouilleurs recrutent leurs effectifs pour leurs talents naturels au milieu d’un environnement naturel et parfois cette intuition provient de ce que les Frères du Crépuscules n’hésitent pas à nommer corruption naturelle.

Ceux parmi les membres du Chapitre qui n’ont pas servi au sein des Patrouilleurs ou qui possèdent une expérience similaire, doivent passer du temps en service actif et à étudier directement auprès des soldats sur le terrain. Ceux qui sont acceptés font montre d’un fort potentiel, d’une indépendance d’esprit et d’un respect envers les vastes étendues sauvages, mais ils ont invariablement besoin d’étudier dans les deux cas la tradition magique ou l’art de la survie.

Le Chapitre prend vraiment très au sérieux la survie. Les praticiens de l’Ordo Septimus organisent leurs expéditions avec le plus grand soin, attentif au moindre détail, planifiant sur de longues périodes en avance, afin de s’assurer les meilleures conditions climatiques, ressources naturelles et informations sur les mouvements des barbares ou des elfes aux alentours de la zone à visiter. L’objectif est double – identifier des localisations sécurisées et organiser le travail de fond pour réaliser dans les meilleurs conditions le rituel de création d’un Cercle de Magie.

L’Établissement

L’Ordo Magica prend l’installation de tout Cercle de Magie très au sérieux et n’y est disposé qu’avec l’assurance des conditions les plus sûres. Un Cercle de Magie ressemble, à bien des égards, aux formes modernes de communication, qui permettent à un individu d’avoir accès à distance à toutes les informations, accessibles à tous ses sens avec le bon réglage, mais qui pourraient servir à de mauvaises fins avec quelqu’un de mal intentionné et maîtrisant ce savoir-faire.

De manière temporaire, un praticien  peut créer un Cercle en disposant du sable et en marmonnant quelques longues phrases sibyllines, mais l’Ordo Septimus le réalise beaucoup plus sérieusement. Un Progedior ne part sur le terrain ni à la légère, ni avec l’intention d’établir une tête de pont temporaire pour un usage limité et à court-terme. La plupart des premiers Cercles de Magie  établit par l’Ordo Magica dans les profondeurs de Davokar sont toujours accessibles, utilisables et camouflés depuis plus de 10 ans.

(En effet, rumeur et ouï-dire laissent penser que l’Ordo Magica aurait eu des Cercles de Magie en place et actifs bien longtemps avant la grande migration vers le Nord. In fine, le sujet est devenu de plus en plus ouvert aux insinuations et aux spéculations conspiratoires.)

La principale préoccupation de tout membre d’une « équipe éloignée» de la Septième sera de trouver un lieu viable et sécurisé pour établir un Cercle de Magie avec un minimum de perturbation, d’interférence ou de danger. Après avoir trouvé un site répondant à ces critères, le Progedior établira souvent une « cache » pour permettre l’observation et l’évaluation tout en minimisant une possible découverte ou une prédation indésirable par la faune locale.

Cette évaluation pouvant durer plusieurs jours ou même une semaine, l’équipe aura pendant ce temps à tirer le meilleur parti de la situation et rationner ses vivres. Avec un rituel en place comme Terrain Trompeur, un grand rituel de Cercle de Magie peut commencer avec toutes les conditions requises. Pour être clair, ce rituel ne varie pas significativement dans son exécution, mais en terme de qualité et de quantité de matériaux utilisés. Un Cercle de Magie solide demandera des blocs de pierre polie finement gravés, de superbes filigranes de métal précieux, et certains rites et formules de sanctification, dont l’existence est seulement connue par le Chapitre et les Maîtres de l’Ordo Magica.

Une fois sécurisé, sanctifié et opérationnel, un Cercle de Magie de ce type connaîtra un trafic modéré mais fréquent et à maintenir une garde attentive, même si ce n’est seulement qu’à travers une surveillance à distance. une protection vigilante, ne serait-ce que par le truchement d’une surveillance à distance. Les cercles restent vulnérables et peu nombreux et beaucoup d’équipes envoyés pour les rétablir ont été perdues. Un ou deux des Cercles que l’Ordo a mis en place, ont permis la progression de vaisseaux au complet – y compris les grands navires d’épines de la Reine.

Le Progedior

Trouver la clé n’est pas le problème, c’est là où la porte mène.

Photo originale convertie en image par Jonny Gray et utilisée avec sa permission.

À la différence de beaucoup d’autres membres de l’Ordo Magica, vous vous emparez des mystères du monde à bras-le-corps et ne vous cachez pas derrières les épées sans finesse d’aventuriers aveuglés par les trésors. Vous parcourez les étendues sauvages et inventoriez les profondeurs des plus sombres recoins de cette grande forêt et même au-delà. Vous avez ressenti l’étrange coupure de transition au travers des portails magiques un si grand nombre de fois que vous ne pourriez pas juré que cela ne vous ait jamais affecté. En contrepartie, si vous aviez eu une quelconque peur de la mort, de la possibilité que les prêcheurs théurges pourraient avoir tord, ce sentiment s’est envolé depuis longtemps. Vous avez connu à la fois le silence de mauvais augure des forêts profondes et l’oubli de la transition.. que plus rien ne vous effraie désormais.

Attributs importants : Volonté 13+ , Discrétion ou Vigilance 11+

Race conseillée : Ambrien

Talents adéquats : Ritualiste, Magie, Vision des Ombres

En réalité, le niveau Adepte en Ritualiste doit être recherché dès que possible et aucun membre de l’Ordo Septimus ne voudrait partir au loin sans ce niveau de connaissance. Le fait qu’ils se concentrent sur ces longs textes de magie les rend vulnérables et ils tendent également à développer les talents Guerrier Né et Acrobatie pour leur permettre de faire face ou éviter de succinctes confrontations sans avoir besoin de s’encombrer d’armes.

Quand ils choisissent leurs rituels, les Progedior ont peu de préférence, mais évidemment Cercle de Magie et Saut de Sept Lieues figureront toujours dans les premiers appris. Les autres rituels de valeur incluent Terrain Trompeur, Lévitation, Mélodie de la Nature, Sanctuaire, Mémoire des Cendres, Écriture Distante et Disparition des Traces (pour ces deux derniers, se reporter au Guide du Joueur p.90).


Artiste de l’image principale inconnue.

Article original de Paul Baldowski et traduit par Boz.

As-tu aimé? Prenez une seconde pour soutenir Le Pacte De Fer sur Patreon!

5 Comments

  1. Très bon boulot.
    Petite remarque, dans le dernier paragraphe il y une répétition de « ont le choix de choisir eux-même les rituels qu’ils souhaitent apprendre, néanmoins il est certain que parmi les premiers appris figureront Cercle de Magie et Saut de Sept Lieues »

  2. Salut, si tu as besoin de relectures ou de traduction je peux donner un coup de main comme annoncé 😉
    Ca reste un chouette boulot 🙂

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*